top of page
  • Photo du rédacteurMarie d'Amico

Pour énoncer clairement...

« Ce que l’on conçoit bien s’énonce clairement et les mots pour le dire viennent aisément » ! En refermant cette « somme » qu’est Le monde sans fin, j’ai ressenti une immense gratitude pour le génie créatif du bédéiste Christophe Blain, qui a su mettre en perspective et avec beaucoup d’humour la pensée éclairée du polytechnicien Jean-Marc Jancovici. Certaines routes se croisent pour le pire et d’autres pour le meilleur et pour le bonheur de la lectrice assidue que je fus durant ces presque 200 pages, qui nous expliquent avec une belle clairvoyance le guêpier dans lequel, consciemment ou non, nous nous sommes fourrés !

Habituée à entendre un discours politique ou économique compartimenté et plus proche du postulat que des faits physiques et concrets concernant le PIB, le réchauffement et la transition énergétique, j’avais fini par ne pas y retrouver mes petits…



Cette BD engagée et engageante est une excellente réponse à une question sourde que certains d’entre nous, c’était mon cas, peinaient à formuler.

Quand l’intelligence brille de mille feux, le résultat ne se fait pas attendre ; 1 000 000 de Le Monde sans fin vendu en deux ans et des poussières ! Au-delà des chiffres, une petite musique me trotte dans la tête et pourrait se résumer en quelques mots ; vivre libre, c’est être responsable.



58 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page